dimanche 31 août 2008

je suis en rayons!


Je vis ma deuxième sortie de livre et, comme pour la première, je suis très troublé.
Moi qui suis avant tout un "théâtreux", je me focalise sur la date de sortie du livre comme sur la date d'une première de spectacle.
Au théâtre, tout le travail des répétitions converge vers cette date fatidique. Qui voit la réunion de l'équipe du spectacle et du public (s'il vient!).
Et, enfin, on a des "retours" sur notre travail.

Pour un livre, il n'y pas de rassemblements de lecteurs le jour-j ! Alors j'erre dans les librairies de ma ville et boit discrètement une coupe de champomy devant les petites piles de mon livre.
Mais l'avantage, c'est que si un spectacle n'existe que le temps de sa représentation, un livre existe pour un temps quasi illimité et, à tout moment, un lecteur peut l'ouvrir et rendre vivante son histoire, une fois de plus.

dimanche 24 août 2008

c'est demain...

Photobucket

Eh oui!
C'est demain!
Dans votre librairie préférée (c'est mieux), votre bibliothèque favorite (râlez s'il n'y est pas encore) ou sur le net (cliquez sur l'image)

J'attends vos commentaires!

Et je vous embrasse...

**thomas


Et pour ceux qui ne le savaient pas, y'a aussi celui-là qui est toujours dispo :

Photobucket

Cliquez sur l'image!

mardi 19 août 2008

théâââtre

Fin juin, j'ai joué dans "one-shot", un spectacle donné une fois dans le cadre du festival national de Bellac. C'était une interview de Jean Giraudoux réalisée en condition.
C'était chouette à faire.

Photobucket

Et je viens de trouver cet article publié dans Le Populaire...

"Jean Giraudoux est de retour. Par la fiction bien sûr et par le biais de Philippe Labonne qui a eu l'idée de le replacer dans le contexte actuel...

Et il semble évident que le dramaturge aurait utilisé au mieux la télévision. Dans un monde de communication et étant lui-même diplomate, il aurait usé de l'arme du direct servie sur un plateau entouré de projecteurs. Philippe Labonne a donc imaginé l'interview de Jean Giraudoux avec des phrases choisies et réellement dites en son temps. « Il n'y a pas un mot, prononcé par l'interprète qui n'ait été prononcé par Giraudoux lui-même » tient a affirmé l'auteur de cette création. Jean-François Sirérol est sidérant de réalisme dans le rôle de Giraudoux. La ressemblance physique est incroyable et accentuée sur l'écran en toile de fond.

Le direct est projeté en noir et blanc et le cadrage use de gros plans. Et là, on reconnaît le ''coup de patte'' de David Gauchard (cadreur) et Paul Eguisier (régisseur vidéo). Dans le rôle du présentateur, Thomas Gornet se fond dans l'époque. Et pourtant, tout paraît tellement actuel dans les réflexions de cet ''Impromptu de Bellac'' qui envoie un sacré clin d'oeil à ''L'impromptu de Paris'' sorti en 1937'' et magnifié par Louis Jouvet."

La suite ICI

samedi 16 août 2008

je

Cette semaine j'ai rejoué à deux jeux de mon enfance.
La bonne paye et Hotel.
20 ans après, ressentir le contact des cartes, des billets de banque, retrouver instinctivement les méthodes et les tactiques, sentir l'odeur de la boîte, j'ai eu dix ans, tout d'un coup.
(publicité déguisée, donc)

dimanche 10 août 2008

poste


Arrivés le même jour:

- la plaquette de la saison 2008-2009 de la Scène Nationale d'Aubusson où je jouerai L'oeil de l'ornithorynque en février
- mes exemplaires de Je n'ai plus dix ans
- le journal de la SACD qui me rappelle à l'ordre quand j'oublie que je suis "auteur"

**thomas

**thomas