dimanche 15 janvier 2012

Le chant des sirènes aux Verts Tilleuls



C'est une histoire de rencontres.
C'est une histoire d'enfants qui n'ont peur de rien.
Qui aiment vrai et beaucoup.
Qui ne peuvent pas vivre totalement avec les autres parce que les autres ne savent pas rentrer dans leur monde.

Et puis c'est l'histoire d'un adulte qui se croit encore enfant.
C'est l'histoire d'un adulte qui vient voir ces enfants et qui se sent bien au milieu d'eux.
Qui se dit qu'il pourrait être eux.
Qu'ils ne sont ni fous, ni zinzins, ni pimpins.
Qui se dit qu'ils refusent de se soumettre à des règles bêtes qui nous empêchent de rire ou de pleurer quand on veut.
Ou alors c'est que lui, cet adulte, est sans doute fou. Ou zinzin. Ou pimpin.

C'est l'histoire d'un adulte qui voit ces enfants danser sur Le chant des sirènes de Barbara.
C'est l'histoire d'un comédien qui voit son texte prendre vie : les collections de billes, les gâteaux roulés, Mamie Simone, le placard, Denis, l'ornithorynque.
C'est l'histoire de petites larmes qui veulent sortir.

C'est l'histoire d'un spectacle qui se termine.
Un spectacle qui a 12 ans.
Joué pour la dernière fois devant ces enfants.
Des enfants du même âge.
Qui, eux aussi, à leur manière, refusent totalement de grandir.
En recherche désespérée de leur ornithorynque.


1 commentaire:

**thomas a dit…

Ils sont venus. Ce matin. Gaëtan avait les yeux ouverts, a tout regardé et m'a dit "Bravo". Et il a souri, aussi. Logan ne voulait plus me lâcher et Noémie pleurait. Et tous les autres étaient ravis et ont été le meilleur public que j'ai jamais eu.

**thomas

**thomas