dimanche 23 septembre 2012

le jeune public parle au vieux

Vendredi dernier, c'était l'ouverture de saison du Fracas-CDN de Montluçon/Région Auvergne, nouvellement dirigé par Johanny Bert, et où je suis comédien permanent pour deux saisons (avec quatre autres comédien-nnes).

On était tous réunis sur le plateau pour parler des spectacles créés et accueillis.

©brigitte gornet


Moi, j'ai présenté "Un oiseau dans la tête", le temps fort jeune public qui aura lieu au mois d'avril.

J'ai écrit et lu ça :


"
Bonsoir à tous, je suis le théâtre jeune public.
(je sais, je devrais dire « coucou les zouzous », ou « salut les copinous » ou bien « Tititi comment ça va ? ». ça collerait mieux à mon image)

J’aurais bien aimé être là ce soir mais comme je ne suis pas une vraie personne, je n’ai trouvé que ce moyen pour m’adresser à vous. La personne qui lit cette lettre n’est donc qu’un exécutant. Tous les propos qui suivent n’engagent que moi.

Je voulais déjà vous dire que je suis bien content que trois de mes enfants viennent vous rendre visite cette saison. Un au Théâtre municipal, l’autre à Athanor et le dernier ici, au Fracas

J’ai beaucoup d’enfants, dans beaucoup de ports. Et ces trois enfants-là, je les aime bien. Ils font partie des plus jeunes. Leur mère est une nymphe à lunettes que j’avais rencontrée à Berlin ou Shangaï ou Limoges je ne me souviens plus. Elle a un doctorat en philosophie des plantes et elle est super bien roulée.
Bref.

Ces trois enfants, donc, font partie de cette branche de ma famille qu’on appelle « écritures contemporaines ». Ça fait un peu peur « contemporain », mais ça veut juste dire qu’ils ne sont pas morts. (oui parce que j’ai connu des drames, aussi, des enfants qui sont morts)

Tout à l’heure, entre deux tranches de pâté et de brie, au buffet, vous regarderez pages 34 et 35 dans la plaquette du Fracas et vous en saurez plus sur Nos amours bêtes, où un auteur et une chorégraphe vous parleront d’amour et de bêtes, Petit Pierre, un spectacle qui parle de la différence et de l’art (en un mot, « art ») et Les orphelines, un sujet fort mis en scène par un jeune gars formidable pour trois très bons acteurs dont un absolument magnifique.

Un dernier mot.
Enfin… un dernier mot en plusieurs mots.

Mes spectacles ne sont pas réservés aux enfants. Je ne suis pas là pour animer leurs mercredis ou les former à être les spectateurs de demain. Je suis là pour proposer des spectacles beaux et intelligents (tout comme mon frère, le « théâtre tout public ») à partager entre grands et petits (du moment que ces derniers ont l’âge requis)

Vous n’êtes pas obligés d’avoir des enfants ou d’en voler un pour venir voir les miens. Venez. Ça a beau être du théâtre pour à partir d’un petit âge, ce n’est pas du petit théâtre.
Venez. Vous en sortirez grandis. Et ça, à n’importe quel âge.

Bisou."

**thomas

**thomas