samedi 30 mars 2013

renaissance d'un texte

Hier, j'étais invité par la Cie Les Volets Rouges à la lecture par Sébastien Sampietro de mon premier roman Qui suis-je?.


A partir du roman, la compagnie va créer L'endive au vestiaire, un seul en scène à destination principale des ados. Dans le but premier de leur ouvrir les yeux sur l'homophobie qui frappe parfois certains de leurs copains et copines.

Donc, moi, je suis bien content. Bien content que ce projet se fasse. Bien content que Qui suis-je?, paru en 2006, écrit en 2004 -ouh la! ça fait si longtemps?!- serve à quelque chose.

La lecture avait lieu à la Librairie Comptines, tenue par Ariane. Et pour elle aussi, pour la rencontre avec elle, j'étais bien content d'avoir fait le déplacement! (Même si elle n'a pas aimé mon dernier livre, d'ailleurs ;) ). Cela faisait longtemps que je n'avais pas rencontré quelqu'un d'aussi passionné par son métier.
C'est bien simple, dans sa librairie, on envie de tout acheter.
Quand elle parle, on veut tout écouter.
Et chez elle (parce que oui, j'ai dormi chez elle), on voudrait y rester pour l'éternité.
Pour quelques raisons objectives : enfant, chats, livres, chien, DVD, Nutella.
Pour d'autres moins tangibles : ambiance, couleur, sons, sentiments.



Quant à écouter son propre texte? Eh ben en fait c'était moins pénible que ce que je me disais. Non pas que je doutais des capacités de lecteur de Sébastien mais plutôt des miennes à être confronté devant tout le monde à mon premier texte. Que j'aime bien, certes, mais "contre" lequel j'écris encore aujourd'hui. Contre son style, tout en ellipse et raccourcis. Contre son utilité, aussi. C'est à partir du deuxième que j'ai choisi d'avancer masqué, que je me suis dit qu'un militant utile était un militant qui sournois.





Mais, en l'entendant lu, comme ça, interprété, et surtout entrecoupé de silences remplis, je me suis surpris à me dire que finalement, ce petit texte pas assez romanesque, il était beaucoup plus intéressant comme texte théâtral.
Bon. Il m'a donc fallu 8 ans pour me rendre compte que le premier roman écrit par un comédien pèche par trop de théâtralité.
Je suis lent.

Sinon, les nouvelles : un roman ado qui sort en septembre et je planche sur un autre. Sortie ou pas. On verra.

**thomas

**thomas