mercredi 29 janvier 2014

Obscurités

Il fallait s'y attendre.
Je m'y attendais.
C'est arrivé...

Je vous laisse découvrir les commentaires laissés par -apparemment- une seule et même personne sur le site de la librairie amie "La Soupe de l'espace" concernant "Le jour du slip/Je porte la culotte" que Anne Percin et moi avons publié il y a plusieurs mois...


Cliquez ICI.

Et ma réponse, telle, encore une fois, une bouteille à la mer...


Cher-e-s Veilleur, Rodin, Youssouf et Nicolas
(ou cher Monsieur ou Madame X)

Je crois que je suis fatigué.
Vous me fatiguez.

Vous pensez vraiment que j'écris pour nuire à vos enfants?
Vous pensez vraiment que ça peut être une motivation première pour un auteur?
Mon plaisir, dans la vie, serait de faire le mal en m'attaquant à la racine?
Quel en serait le but, s'il vous plaît?
Détruire la race humaine?
Instaurer la domination et le règne du diable?

Je ne vais pas me justifier ici sur la raison qui m'a poussé, avec Anne Percin, à écrire ce livre.
Puisque vous en êtes la preuve éclatante.

Oui, c'est pour vos enfants que j'écris. En espérant, sincèrement, qu'ils soient aussi droits dans leurs bottes et leurs certitudes que vous.
Sincèrement.
Car si, par hasard, un jour, l'un d'eux se sent animé d'un sentiment différent (un garçon qui aurait envie de jouer à la poupée, une petite fille qui voudrait être camionneuse, un garçon qui aimerait en embrasser un autre... -euh. Vous êtes encore là ou morts d'une crise cardiaque?- Et puis d'ailleurs tout cela est à géométrie variable. Figurez-vous qu'il existe des garçons qui aiment jouer à la poupée et embrasser des filles! Ou des filles qui aiment le rose et les dentelles mais font de la boxe et aiment embrasser des garçons et parfois des filles. Etc.), je pense qu'il aura été bon que mon livre ait fait un passage entre ses mains.


S'il vous plaît, soyez vigilant (tel un Veilleur) aux vraies dangers qui guettent vos enfants qui sont l'ignorance, l'étroitesse d'esprit, le refus d'accepter les différences (car elles existent! ce n'est pas en les niant qu'elles disparaîtront), l'aveuglement quant aux sujets qui peuvent vraiment concerner vos enfants.

Au fond, réfléchissez-y (tel le penseur de Rodin) :


Qu'est-ce qui est le plus dangereux? Votre éducation ou mes mots?


Thomas Gornet

vendredi 24 janvier 2014

Chercher le garçon

Je n'ai pas -encore- d'enfant(s).
Je ne peux donc pas savoir ce que c'est que d'en élever un.
Ce que c'est que de vouloir le protéger du monde extérieur tout en désirant lui donner la force de s'y mouvoir.
Je ne sais pas si j'aurais envie de lui parler de sentiments, de confusions et de désordres.
Je ne sais pas si j'arriverais à lui parler d'amour.
Je ne sais pas si j'arriverais à faire confiance à ses baby-sitters, maîtres et maîtresses et professeurs.
Je crois que j'aurais envie de me l'attacher sur le dos à vie.

Mais j'ai été enfant.
J'ai été adolescent.
Et je sais que j'avais peur de ce que je ne connaissais pas.
J'avais peur de ce qu'on ne m'avait pas montré.
Parfois, même, j'avais peur de moi-même parce que je ne me trouvais pas.
Parce que je n'avais pas vu, autour de moi, des possibles autres moi-mêmes.

J'aurais aimé qu'on me montre du doigt, au loin, mes peurs les plus secrètes.
Qu'on me désigne, là-bas, mes désirs les plus enfouis.
Qu'on me dise "là, tu vois, c'est un chemin possible. et si tu l'empruntes, il n'y aura aucun pièges à loup".


Depuis 2006, j'écris pour l'enfant et l'adolescent que j'ai été.
Je m'écris à moi-même dans l'espoir de soulager rétroactivement cette enfance et cette adolescence incomplètes.
Je me tends la main.
La main que je n'ai pas vue, à l'époque.

Et j'espère que, peut-être, quelqu'un, aujourd'hui, une jeune personne la verra. Et la saisira.
Et se dira :

"
Cette part d'ombre
Cette part de mystère
Cet inconnu, là, devant moi
Ces envies
D'amour, de sombre
De fuite et de pénombres
De joie et de rencontres,
C'est moi, aussi.
"

Chercher le garçon, c'est ça.
C'est dire aux ados qu'on peut parfois avoir envie de tout quitter
C'est leur dire qu'on peut aimer absolument et s'aveugler totalement dans le même mouvement
C'est leur montrer qu'il n'y a pas un seul chemin possible
C'est espérer qu'ils déploient leurs ailes, envers et contre tout
Contre tous ceux qui veulent leur fermer les yeux
Les empêcher de les ouvrir.

PS : Chercher le garçon sera créé le 5 février 2014 à DSN-Dieppe Scène nationale. Et partira en tournée jusqu'en mai 2014.
J'ai su, il y a quelques jours, que plusieurs familles d'une même classe de collège que leur professeur envisageait d'emmener au spectacle s'y opposent vigoureusement. La raison principale de leur refus est que, au vu des teasers, le spectacle a l'air trop ambigu, sombre, voire pervers. Et que la fonction principale de l'art est de divertir.


**thomas

**thomas